Version PDF

Stomatologie

15 déc 2010

Lithotripsie des lithiases salivaires : 85 % de bons résultats pour les parotides

Dr Emmanuel Cuzin
L’utilisation d’un lithotripteur pour traiter les lithiases salivaires a pour objectif d’éviter le recours à la chirurgie. Les lithotripteurs ont d’abord été utilisés dans les années 80, avec un grand succès, pour les lithiases rénales. Ils ont ensuite été modifiés et miniaturisés pour s’adapter au traitement des lithiases salivaires dans les années 90 et ont été équipés de sondes échographiques de haute fréquence permettant un repérage exact des calculs salivaires. La puissance des ondes de chocs électromagnétiques, destinées à fragmenter les lithiases, est adaptée à chaque patient, afin de minimiser la survenue de douleurs. Ils sont très largement utilisés en Europe, mais en France la cotation insuffisante de l’acte empêche sa diffusion à une plus large échelle. Aucune anesthésie n’est nécessaire pour l’intervention.
  Les auteurs (Institut d’explorations fonctionelles des glandes salivaires) rapportent leur expérience de l’utilisation du lithotripteur salivaire pendant 13 ans (1995-2008), chez 1 421 patients. La majorité d’entre eux (n = 931) était atteinte de lithiases submandibulaires et 490 présentaient des lithiases parotidiennes. En moyenne, 6 séances ont été réalisées. Les résultats pour les lithiases parotidiennes sont particulièrement intéressants puisque l’on observe 85 % de bons résultats et un total de 896 lithiases totalement détruites. Aucune parotidectomie n’a eu lieu. Une fragmentation partielle a été obtenue pour 512 lithiases avec une taille résiduelle variant de 1 à 3 millimètres. Au total, sur l’ensemble des patients, des crises douloureuses ont persisté après le traitement chez 114 (8 %). Une submandibulectomie a été nécessaire pour 85 patients. Aucune paralysie dans le territoire du nerf facial ou du nerf lingual n’a été observée. Pour les auteurs, le lithotripteur représente une thérapeutique peu contraignante et efficace, qui entraîne des douleurs supportables. Il évite le recours à la chirurgie pour la majorité des patients. Les auteurs estiment que face à la chirurgie, le service médical rendu est suffisamment important pour que les pouvoirs publics valorisent mieux ce traitement afin d’en faciliter sa diffusion et que le plus grand nombre puisse en bénéficier.

Attention, pour des raisons réglementaires ce site est réservé aux professionnels de santé.

pour voir la suite, inscrivez-vous gratuitement.

Si vous êtes déjà inscrit,
connectez vous :

Si vous n'êtes pas encore inscrit au site,
inscrivez-vous gratuitement :

Articles sur le même thème

publicité
publicité