publicité
Facebook Facebook Facebook Partager

ORL

Publié le 02 jan 2024Lecture 5 min

Le « mal du débarquement syndrome »

Andra SEBESTYEN, Hôpital Rothschild, Paris, d’après le Dr Stéphane Besnard (SFORL 2023)

Le « mal du débarquement syndrome » (MdDS), « sensation de mouvement fantôme » ou « land sickness » en dénomination anglo-saxonne est une sensation de mouvement en permanence ou en grande partie de la journée qui apparaît dans le 48 heures suite à l’exposition à un mouvement passif (ex : bateau).

CRITÈRES DE DIAGNOSTIC   Selon la Société de Bárány (société internationale d’otoneurologie), les critères de diagnostic pour le MdDS sont les suivants : • vertige non rotatoire caractérisé par une perception d’oscillation (basculement, balancement ou oscillation) présent en permanence ou pendant la majeure partie de la journée ; • apparition dans les 48 heures suivant la fin de l’exposition au mouvement passif ; • les symptômes s’atténuent temporairement lors de l’exposition à des mouvements passifs (par exemple la conduite) ; • les symptômes persistent pendant plus de 48 heures : – D0 en cours - mais pas plus d’un mois, – D1 transitoire - résolu sous un mois, – D2 persistant - pendant plus d’un mois ; • symptômes qui ne sont pas mieux expliqués par une autre maladie ou trouble(1). Certaines personnes peuvent ressentir une sensation de tangage après avoir passé un certain temps en mer, ce qui est normal et physiologique, mais qui diffère du MdDS par le fait qu’elle ne dure jamais plus de 24-48 heures.   ÉPIDÉMIOLOGIE ET SÉMIOLOGIE   C’est un syndrome rare, touchant 1,3 % de la population avec une forte prépondérance féminine (environ 4 personnes sur 5 sont des femmes). Cela va de l’enfant jusqu’à l’âge adulte et affecte le plus souvent les femmes en périménopause ou ayant des troubles hormonaux associés. Les déclencheurs classiques sont les bateaux, les avions, les automobiles et trains, les lits d’eau, les bâtiments qui oscillent, les équipements d’exercice et tout ce qui est plateforme qui déplace lentement et passivement l’individu. On peut avoir aussi une combinaison des déclencheurs. Il serait intéressant de noter qu’on ne voit pas rapporté en littérature ce mal de débarquement suite à des séances de réalité virtuelle, ni après des voyages spatiaux — ce qui est dû très probablement à une baisse de stimulation vestibulaire otolithique quand les astronautes se retrouvent en microgravité. Sémiologiquement le MdDS est une perception de mouvement de soi (internal vertigo) et non de l’environnement (external vertigo). De plus, on peut avoir sur le plan haptique ou somesthésique des stimulations somesthésiques supplémentaires qui peuvent amplifier ce phénomène d’oscillation, de tangage (par exemple marcher sur le sable).   POSITION ET MOUVEMENT   L’intensité peut être modulée par la position. Habituellement, les symptômes sont réduits lorsqu’on est assis ou allongé, mais malheureusement dans 30 % des cas, ceci les aggrave. Par contre, le mouvement, même tout simplement la marche, soulage le patient.   SYMPTÔMES COEXISTANTS   Des symptômes coexistants peuvent apparaître, soit secondaires au MdDS, soit qui viennent se rajouter à la sensation d’oscillation due au MdDS. Ceux-ci incluent la désorientation spatiale, le ralentissement cognitif ou l’intolérance visuelle au mouvement, une fatigue permanente ou l’exacerbation des céphalées avec phono- ou photophobie, ainsi qu’une exacerbation d’une anxiété ou dépression déjà existantes.   EXPLORATIONS FONCTIONNELLES   Sur le plan ORL on ne trouve pas des atteintes spécifiques au MdDS mais il est possible d’avoir d’autres signes ou anomalies qui s’associent et qui peuvent indiquer une atteinte vestibulaire déjà existante, et dans ce cas-là il faut rechercher une autre pathologie. Parfois on peut retrouver des gains du réflexe vestibulo-oculaire (VOR) modifiés. Au bilan postural on peut observer une instabilité ou une latéralisation à la marche de Fukuda. Un bilan orthoptique peut retrouver une hétérophorie verticale (déviation des axes visuels au repos). Mais tous ces signes ne sont ni systématiques, ni pathognomoniques au MdDS.   DIAGNOSTIC DIFFÉRENTIEL   Migraine vestibulaire Les deux syndromes sont fréquents chez les femmes, aggravés par la période prémenstruelle et avec des symptômes vestibulaires qui apparaissent plus tard dans la vie. La différence consiste dans le fait que les céphalées décrites en MdDS sont des phénomènes de pression persistante et non pas une douleur pulsatile unilatérale comme très souvent dans le cas de la migraine, et qui ne répondent pas au traitement habituel de la migraine.   Cinétoses ou « mal des transports » ou motion sickness Les mouvements produisent les symptômes, alors que dans le cas de MdDS (land sickness) les mouvements soulagent les symptômes. On peut aussi avoir des cas où les deux syndromes sont associés.   PPPD ou Persistent Postural Perceptual Dizziness Ce sont des troubles posturaux persistants avec des vertiges non rotatoires ou instabilités chroniques, supérieurs à 3 mois et aggravés par différents types des mouvements — actifs ou passifs — ou par des stimulations visuelles externes. Il n’y a pas de facteur déclencheur évident, les causes sont plutôt d’ordre vestibulaire neurologique ou des événements psychologiques ou émotionnels, voire de cause médicamenteuse.   TRAITEMENT   • Un traitement pharmacologique peut être essayé surtout pour les patients qui se plaignent aussi des symptômes comme l’anxiété ou la dépression, en employant l’utilisation des benzodiazépines ou antidépresseurs, seuls ou en combinaison. • Tous les aspects de méditation, hypnose, physiothérapie ont un aspect réellement bénéfique, pouvant même coupler plusieurs méthodes pour une meilleure efficacité. • Dans le cas où on parle d’une désadaptation du gain VOR, la stimulation visuelle optocinétique peut être intéressante pour essayer de recalibrer ou désensibiliser les réponses déclenchées par des mouvements. • Le MdDS est considéré une dysfonction de la neuroplasticité cérébrale avec une modification du métabolisme de base (hypermétabolisme) et de la connectivité de certaines zones cérébrales. C’est la raison pour laquelle un traitement par la rTMS (stimulation magnétique transcrânienne) a été proposé avec une notion d’inhibition des zones stimulées et des résultats potentiellement prometteurs. En revanche, il n’existe pas encore un protocole bien défini ou des études qui montre une efficacité meilleure que le placebo.

Attention, pour des raisons réglementaires ce site est réservé aux professionnels de santé.

pour voir la suite, inscrivez-vous gratuitement.

Si vous êtes déjà inscrit,
connectez vous :

Si vous n'êtes pas encore inscrit au site,
inscrivez-vous gratuitement :

Version PDF

Articles sur le même thème

publicité
publicité