Version PDF

Cancérologie

08 avr 2021

Vaccination étendue à l’ensemble des adolescents : un pilier de la lutte contre les cancers HPV-induits

Michèle DEKER, Paris

-

L’infection par les papillomavirus humains (HPV) est responsable de 2 % environ des cancers incidents, principalement cancers du col de l’utérus, de l’anus et de l’oropharynx. Contrairement aux autres cancers, les cancers liés aux HPV sont accessibles à une prévention grâce à la vaccination et au dépistage des lésions précancéreuses pour les cancers du col. Tous les cancers du col utérin sont liés aux HPV. Ils touchent près de 3 000 femmes et causent environ 1 100 décès chaque année en France. Environ 90 % des cancers de l’anus sont liés aux HPV et concernent majoritairement les femmes (75 %), mais aussi les hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes (HSH), surtout s’ils sont infectés par le VIH. Près de 35 % des cancers de l’oropharynx sont liés aux HPV et parmi ceux-ci les localisations à l’amygdale et à la base de la langue sont les principales concernées. Une vaccination élargie aux garçons et jeunes hommes… Les recommandations vaccinales ont récemment évolué. Depuis 2020, la vaccination HPV est recommandée non seulement chez les jeunes filles et les jeunes femmes, mais aussi pour l’ensemble des garçons et des jeunes hommes dans les mêmes classes d’âge. La HAS recommande donc : l’élargissement de la vaccination anti-HPV par la vaccination nonavalente pour tous les garçons de 11 à 14 ans révolus selon un schéma à 2 doses ; un rattrapage possible pour tous les adolescents et jeunes adultes de 15 à 19 ans révolus selon un schéma à 3 doses ; le maintien d’une recommandation vaccinale spécifique par la vaccination nonavalente pour les HSH jusqu’à 26 ans révolus selon un schéma à 3 doses. Cet élargissement de la vaccination, qui devrait être plus systématique chez tous les adolescents, devrait contribuer à freiner la transmission des papillomavirus au sein de la population générale. La vaccination HPV bénéficie aujourd’hui d’une expérience importante, avec un recul de plus de 14 ans et de plus de 420 millions de doses distribuées dans le monde. Aujourd’hui, 33 pays et 4 territoires ont des programmes de vaccination s’adressant aux femmes et aux hommes. … et d’autant plus efficace qu’elle est initiée tôt Grâce à la vaccination HPV, l’incidence des cancers invasifs du col, des lésions précancéreuses, des infections HPV et des condylomes a diminué comparativement à la situation prévaccinale. En Suède, par exemple, une réduction de 75 % des lésions précancéreuses a été observée chez les jeunes filles vaccinées avant l’âge de 17 ans. Une récente étude suédoise sur 1,6 million de jeunes filles/femmes confirme pour la première fois que la vaccination HPV (vaccin quadrivalent dans cette étude) permet de réduire le risque de développer un cancer du col. Lorsque la vaccination est débutée avant l’âge de 17 ans, le risque est réduit de 88 % ; la réduction du risque est de 53 % lorsque la vaccination est initiée entre 17 et 30 ans (Lei J et al. N Engl J Med 2020 ; 383 : 1340-8). 

Attention, pour des raisons réglementaires ce site est réservé aux professionnels de santé.

pour voir la suite, inscrivez-vous gratuitement.

Si vous êtes déjà inscrit,
connectez vous :

Si vous n'êtes pas encore inscrit au site,
inscrivez-vous gratuitement :

Articles sur le même thème

  •  
  • 1 sur 5
  • >
publicité
publicité